Accueil | Nous joindre | Zone partenaires | English |
Retour aux projets

Projets de recherche étudiants

L’impact des conditions Arctiques sur les caractéristiques géochimiques et microbiologiques à long terme de rejets de concentrateur sulfurés

Le drainage minier acide (DMA), qui se produit quand les minéraux sulfurés sont extraits et exposés à l’oxygène atmosphérique et l’eau, est un des plus grands défis dans l’industrie minière. Étant donné que les coûts de la restauration des sites d’entreposage de rejets générateurs d’acide peuvent être jusqu’à environ 100 fois plus élevés que ceux qui contiennent des rejets non-générateurs, la prédiction précise du potentiel de génération d’acide (PGA) est très importante aussitôt que possible dans le développement d’une mine. La génération d’acide est, en termes minéralogiques, contrôlé par l’équilibre entre les taux d’oxydation des minéraux sulfureux (production d’acide), qui sont dépendants de la température et peuvent être influencés par l’activité des bactéries, et les taux de dissolution des minéraux carbonates et silicates (neutralisation d’acide). Afin d’évaluer cet équilibre, et ainsi prédire la génération du DMA et la qualité du drainage à long terme, les essais cinétiques sont utilisés. Le but de ces essais est d’émuler, d’aussi près que possible, les conditions qui seraient attendues sur le terrain, mais à un taux accéléré. Cependant, la plupart des essais cinétiques sont effectués à température ambiante (~21°C) et avec de l’eau déionisée comme solution de lixiviation. Alors que ces conditions pourraient être appropriées pour la modélisation des climats plus tempérés, elles pourraient produire des résultats biaisés pour les climats arctiques où les températures atmosphérique annuelles moyennes sont, en général, bien en dessous de 0°C et où les eaux souterraines peuvent être hautement salines. De plus, le pergélisol dans l’Arctique peut étendre entre des dizaines à des centaines de mètres d’épaisseur, et donc limiter l’infiltration des eaux météoriques et réduire le montant d’eau non-gelée qui est disponible pour les réactions génératrices d’acide. Ce projet tente d’évaluer l’influence des conditions arctiques (i.e., basse température, haute salinité) sur les caractéristiques géochimiques et microbiologiques des rejets de concentrateurs pendant les essais cinétiques au laboratoire. .

Schudel, Gary

gary.schudel@uqat.ca

Directeur : Benoît Plante


Codirecteurs : Bruno Bussière et Joyce McBeth 


Diplôme postulé : Doctorat en génie minéral